Par définition, un faire-part est une carte que l’on envoie par la poste, à ses proches ou à son cercle de connaissances étendu, pour faire part dune bonne nouvelle, comme son nom l’indique.On envoie traditionnellement des faire-part pour annoncer un mariage, une naissance, ou encore un baptême. Si le faire-part est une tradition ancienne, elle conserve encore aujourd’hui tout son charme, et c’est un usage que les familles chérissent encore beaucoup.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire des faire-part et l’usage que l’on en fait aujourd’hui, voici tout ce que vous devez savoir.

Faire-part de mariage

A l’approche d’un mariage, il est d’usage de prévenir ses proches par l’envoi d’un faire-part contenant toutes les informations relatives à l’événement : le nom des mariés, la date du mariage, le lieu de la cérémonie… Les personnes retiennent principalement deux choses d’un mariage la robe de la mariée et le faire-part. Mais pourquoi faire cette annonce sous cette forme-là plutôt qu’une autre ?

Les origines de la tradition

En France, il a toujours été d’usage d’annoncer un mariage avant qu’il ne se produise. Traditionnellement, plus qu’une union entre deux personnes qui s’aiment, ou même plus qu’un sacrement religieux, le mariage était un véritable acte social qui unissait deux familles devant tous.

Pour qu’un mariage soit validé et reconnu, il était très important qu’il soit de notoriété publique : cela signifiait que les deux amoureux avaient la bénédiction de leurs parents, et qu’ils ne se mariaient pas “en cachette”, ce qui était très mal perçu par la société. C’est de là que vient l’importance de la publication des bans, qui rend un mariage officiel du point de vue social. Il s’agit presque d’un acte publicitaire.

En fonction des régions, la façon d’annoncer un mariage est différente : dans certaines régions, les mariés défilent dans les rues, dans d’autres, ils se contentent de rendre visite à tous leurs proches un par un…

Evidemment, lorsque les personnes à prévenir se trouvaient dans d’autres régions, il n’existait pas d’autre moyen de communication que la voie épistolaire. Par exemple, lorsque les futurs mariés se trouvaient dans une ville différente de leurs parents, ces derniers envoyaient par courrier un billet attestant leur reconnaissance du mariage de leurs enfants.

Avec la démocratisation de l’imprimerie au XIXème siècle, ce moyen de procéder est devenu populaire, et a fini par remplacer les autres usages dans la plupart des régions de France.

Le faire-part de mariage aujourd’hui

Aujourd’hui, évidemment, la tradition du faire-part de mariage ne revêt pas le même sens qu’aux siècles précédents.

Tout d’abord, on ne se marie plus pour les mêmes raisons : aujourd’hui, la bénédiction des parents et l’avis de la famille n’a plus autant d’importance, et les mariages ne se font plus par stratégie, mais par amour.

Même si la publication des bans est toujours un acte légal obligatoire, qui rappelle l’usage qui voulait que le mariage soit un acte public, le faire-part lui est beaucoup plus personnel.

De nos jours, les mariés envoient un faire-part de mariage pour partager leur bonheur avec les personnes de leur choix. Ils peuvent décider de n’envoyer de faire-part qu’à leurs proches, ou bien à un cercle de connaissances plus large.

Un faire-part de mariage nest pas une invitation ! La plupart du temps, les personnes qui ne reçoivent qu’un faire-part sont conviés à la cérémonie, parfois au vin d’honneur, mais ne sont pas invités à rester dîner et faire la fête avec les proches le soir.

Faire-part de naissance

Le faire-part de naissance est une carte que les jeunes parents envoient à leurs proches, ou là encore, à un cercle plus large, pour annoncer la naissance dun enfant.

Les origines de la tradition

Encore une fois, la tradition remonte à loin. Les siècles passés, la naissance d’un enfant avait beaucoup d’importance du point de vue social, surtout dans les familles nobles.

En effet, un enfant signifiait bien souvent un héritier. D’ailleurs, traditionnellement, on annonçait beaucoup plus volontiers la naissance d’un garçon que celle d’une fille. Il était alors d’usage de faire savoir aux habitants de la ville, aux membres de la famille et aux relations des parents qu’un petit héritier avait vu le jour, ce qui permettait d’asseoir la crédibilité et l’importance d’une famille, qui était destinée à perdurer grâce à l’arrivée d’un enfant mâle.

Là encore, c’est l’arrivée de l’imprimerie à grande échelle, au XIXème siècle, qui a permis de démocratiser l’annonce des naissances par l’envoi d’une carte. C’est comme ça qu’est né le faire-part de naissance.

Partager la joie d’une naissance

Aujourd’hui, la raison pour laquelle on envoie des faire-part de naissance est toute autre. Ni le sexe du bébé, ni le statut social des parents n’a d’importance.

Comme pour le faire-part de mariage, le faire-part de naissance est devenu un acte volontaire, qui permet aux parents de partager leur joie d’accueillir un enfant.

Il s’agit en quelque sorte de présenter son bébé au monde, en décorant une carte avec une photo soigneusement choisie. On y indique le prénom de l’enfant, sa date de naissance, et parfois ses mensurations et les conditions de l’accouchement pour rassurer les destinataires sur l’état de santé de maman et bébé.

Faire-part de baptême

Voilà un type de faire-part bien particulier, qui ne concerne que la partie catholique de la population française : c’est une carte qui annonce le baptême d’un enfant.

Les origines de la tradition

Les origines du faire-part de baptême sont intéressantes, et étroitement liées à celles du faire-part de naissance.

En effet, dans la vieille France catholique, on considérait que la naissance d’un enfant ne pouvait être officielle qu’à partir du moment où il était baptisé. D’ailleurs, le moment du baptême correspondait au moment où le bébé recevait son prénom, traditionnellement donné par le parrain et la marraine.

Les familles aristocratiques envoyaient donc des cartes pour annoncer le baptême à venir de leur enfant, mais n’y précisaient pas son prénom ! Il fallait attendre le baptême, et venir y assister, pour découvrir le nom de l’enfant et parfois même son sexe.

Le faire-part de baptême et le faire-part de naissance ont donc, en quelque sorte, la même origine : il s’agissait d’annoncer la naissance d’un enfant par le biais d’une petite carte.

Le faire-part de baptême aujourd’hui

Aujourd’hui, c’est différent. Les parents catholiques, comme tous les autres parents, donnent son prénom à leur enfant dès sa naissance.

Le baptême d’un enfant catholique peut avoir lieu des mois, voire des années après sa naissance, sans problème. Le faire-part de baptême n’a donc plus du tout le même rôle que dans le temps.

Envoyer un faire-part de baptême, aujourd’hui, c’est tout simplement partager avec ses proches la nouvelle de ce bel événement à venir, qui mettra votre enfant à l’honneur le temps d’une journée !

Qu’il s’agisse d’un faire-part de mariage, de naissance ou de baptême, il y a des points communs :

  • Un faire-part n’est pas une invitation, mais une annonce !
  • Un faire-part a pour objectif de partager sa joie pour un événement particulier
  • Un faire-part est l’occasion de laisser s’exprimer sa créativité et de prendre contact avec ses proches d’une manière unique.

Maintenant que vous savez tout sur les faire-part à vous de jouer, pourquoi pas créer vos propres faire-part personnalisé à envoyer directement aux personnes concernées via internet

No votes yet.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *